Kappacity home
frnlen

stories

emotionele intelligentie voor ouders en kinderen



deel deze story

l'intelligence émotionnelle au programme, maintenant


depuis ce mardi 22 mars 2016, à Bruxelles et en dehors, beaucoup de choses ont été chamboulées. Même pour ceux qui n'ont pas souffert physiquement, il y a un tas de choses à replacer. Que l'on ait été proche ou moins proche du lieu des attentats, que l'on soit proche ou moins proche des victimes, la violence des attaques et leurs conséquences ont causé, chez tout le monde, des émotions. Je fais le point sur quelques éléments qui m'ont marquée. Et je me laisse guider vers ce qui est si cher à ma mission de vie: l'amélioration del'intelligence émotionnelle.

le racisme et le communautarisme: mur et couvercle

la première chose qui me vient à l'esprit est liée à une partie des réactions qui ont fusé via internet et les médias sociaux. J'en parlais avant-hier dans la story consacrée à la Communication NonViolente sous un angle plus technique. Ce que je retiens de ces réactions après quelques jours, c'est le manque de retenue avec lequel de nombreuses personnes parviennent à énoncer des propos racistes et communautaristes, sur un ton qui ne semble - pour eux - pouvoir souffrir aucune contestation. Je les vois faire des affirmations avec une énorme aisance. Je lis leurs mots et mon "oeil intérieur" les transforme en murs. Des murs qu'ils mettent autour d'eux, entre ceux qu'ils acceptent dans leur enceinte et la majorité des autres qu'ils placent en dehors. Je comprend que c'est pour eux une façon de se rassurer, à défaut de mieux. Mais ces murs sont des couvercles aussi. Des couvercles qu'ils posent sur leurs émotions qu'ils étouffent à défaut de parvenir à les ressentir, les exprimer et/ou à en accepter l'utilité. Je vois donc beaucoup de souffrance chez ceux qui expriment ce genre de jugements, et ça me fait de la peine. Parce que le ressenti qu'il me reste, c'est celui d'une grande perte d'énergie. A faire des pas dans la direction opposée à celle de la cohésion dont notre société a besoin pour fonctionner humainement. Ces mots ne sont pas des bombes, c'est mots ne sont pas des actes de violence, et pourtant, ils font du tort, à leur façon et toutes proportions gardées, bien entendu.

le besoin derrière notre impuissance

je vois une même souffrance et impuissance chez ceux qui cherchent des images de réconciliation mais qui peinent à les exprimer sans violence. Au moins là, je me dis que l'énergie dégagée est plus positive et donc, dans ma conception, plus utile à la réconciliation. Mais quand même, le fait de constater une si grande difficulté collective à exprimer nos émotions - car nous sommes tous en souffrance, nous sommes tous impuissants - avec des mots justes, des mots qui guérissent, des mots qui apaisent, des mots qui permettent de mettre en avant nos besoins et de formuler les demandes pour les satisfaire - toutes ces lacunes me dessinent un énorme besoin à l'échelle de la société toute entière de pouvoir être formés à l'intelligence émotionnelle. Aujourd'hui plus que jamais.

parce que pour hier, il est trop tard et que pour demain, c'est aujourd'hui qu'il faut s'y mettre.

pour tous.

pour les enfants d'abord, ceux qui le sont maintenant et ceux que nous avons été. Pour que dès le plus jeune âge, ils apprennent à ressentir, détecter, qualifier et exprimer leurs émotions. Que la peur serve à éviter le danger, que la tristesse serve à faire le deuil d'une perte quelconque.

pour leurs parents. Pour qu'ils soient à l'aise avec leurs propres émotions et qu'ils puissent guider leurs enfants dans leurs apprentissages dans ce domaine. Pour qu'ils cessent de réprimer les pleurs ou de sanctionner les colères. Pour qu'ils encouragent la joie sans lui donner une valeur différente de celle des autres émotions.

pour les enseignants. Pour qu'ils soient les compléments des parents dans la quête d'une société où l'intelligence émotionnelle a sa place à côté de l'intelligence logico-mathématique et langagière si chère à nos tests de QI. Parce qu'une plus grande intelligence émotionnelle facilitera aussi l'accès aux autres savoirs qui permettent de valoriser les autres intelligences.

pour les élus. Pour que leurs décisions soutiennent les enseignants, les parents, les enfants, les adolescents, les adultes, les employés, les patrons, les isolés, les sans emploi, les fonctionnaires, les vendeurs, les faiseurs d'opinion, les écrivains, les jardiniers, les coiffeurs, les juges, les policiers, les comptables, les infirmiers, les avocats, les sans abris, les prisonniers, les juges et tous les autres. Pour qu'ils nous soutiennent dans cet accompagnement de ce qui en plus de l'air et de l'eau est essentiel à notre vie sur terre: nos émotions. Et pour parvenir à cela, qu'ils soient d'abord conscients d'eux-mêmes et de la façon dont la gestion de leurs émotions les rend co-constructeurs de la place qu'une société est prête à accorder aux émotions. Qu'ils fassent la différence entre l'ego et le reste, entre la stratégie et la gestion du besoin. Qu'ils soient, avec toutes les différences qu'ils doivent avoir et légitimement revendiquer, avant tout centrés sur le coeur de notre humanité. Qu'ils mettent les émotions et leur gestion en tête de tous les futurs programmes électoraux et de toutes les futures déclarations de gouvernement.

oui donc à une plus grande intelligence émotionnelle, pour les élus, pour les enseignants, pour les parents, pour les enfants, pour nous tous. Pour que nous nous engagions dans ce changement dont nous avons tellement besoin. Pour que nous soyons, chacun à notre niveau, les leaders de nous-mêmes et des autres, plus que jamais en ces temps de terreur. Pour que nous partagions le réconfort et que dans un même mouvement, nous tournions nos regards vers l'avenir. Car "le passé est une histoire, le futur est un mystère et le présent est un don*. Un don que nous sommes capables de gérer. En changeant. Maintenant.

charline desmecht

* Dr. Deepak Chopra

lectures recommandées:

  • Isabelle Filliozat a écrit plusieurs livres passionnants sur le sujet, parmi lesquels "L'intelligence du coeur" et "Au coeur des émotions de l'enfant".
  • l'ouvrage de référence en matière d'intelligence émotionnelle est de la main de Daniel Goleman (sous le titre: "L'intelligence émotionnelle"). Il a publié de nombreux autres ouvrages et articles de qualité sur le sujet.
  • lisez également l'ouvrage de Serena Rust, "Quand la girafe dans avec le chacal. Les quatre temps de la Communication NonViolente".

stel uw vragen

contact