Kappacity home
frnlen

stories

emotional intelligence for parents and children



share this story

les vacances en famille


voici un petit bilan très personnel au moment de reprendre le rythme habituel (Ou pas? Est-ce une fatalité? Un challenge en plus pour la rentrée, sans doute, que d'éviter une routine dès qu'elle semble nous peser). En écrivant ce texte, j'ai pris un peu de distance et je ressens un vrai bien-être. Je sens que malgré mes cernes, mon coeur a rechargé ses batteries. Je me sens en phase avec ce que mes enfants ont vécu ces dernières semaines et je me sens prête à les accompagner pour les nouveautés de la rentrée.

la formule que nous avions choisie: 1 semaine en famille et 1 semaine en vadrouille dans le Sud, 1 semaine à Paris à 5 et puis quelques jours encore ensemble à Bruxelles.

dans mes bagages, j'avais emmené l'espoir de vivre 4 semaines idylliques, rien que parce que c'est les vacances. En oubliant que pour les enfants aussi, c'est LE moment de l'année où ils peuvent laisser tomber tous les masques, refaire le plein de nous et de tout le reste, sans horaires et avec un minimum de contraintes.

qu-'est-ce qui a bien fonctionné?

  • on a voyagé principalement en train pour éviter les contraintes, tracasseries et frais d'un long voyage en voiture bondée - mission accomplie, et conviction renforcée pendant le voyage lors des seuls moments où on a quand même utilisé une voiture pendant plus de 90 minutes d'affilée, ce n'est pas encore de leur âge, ça ira mieux dans quelques années mais peut-être qu'on continuera à préférer le train, na!
  • on a vu plein de gens, on a eu des heures de papote entre adultes et les enfants ont pu jouer avec un tas de copains d'âges proches en toute liberté
  • on n'a pas vécu montre en main, ni pour le coucher, ni pour les repas et les enfants ont quand même eu leur quota de sommeil, en se laissant guider par leurs besoins du moment
  • on a fait juste assez de visites et passé juste assez de temps à ne rien faire d'autre que de se laisser guider par le moment
  • on a privilégié les picnics aux restaurants les jours de sortie
  • on a voyagé avec le minimum et bien choisi nos étapes, ce qui fait qu'on n'a pas eu l'impression de constamment faire et défaire des valises ni de traîner avec nous un tas de trucs superflus (et on n'a manqué de rien, ben tiens)
  • on n'était jamais pressés, même pas les quelques fois où on avait un train à prendre - un vrai luxe pour moi qui ai tellement de mal à gérer sereinement les horaires (avec une horloge biologique interne réglée sur le fait d'arriver toujours entre 5 et 3 min avant n'importe quel moment de rendez-vous ou de début d'activité et une légère tendance à envisager le pire, ce qui fait que je m'entends trop souvent dire "ça y est, les enfants, cette fois on va être en retard" et qui leur donne le sentiment qu'un mythe va prendre fin)
  • on a eu le temps de rire, de jouer, de souffler
  • on a profité du soleil, oh oui, qu'est-ce qu'il nous a fait du bien celui-là!

et dans le peut mieux faire:

  • un quart de grasse matinée et 3 siestes, c'est bien trop peu
  • on a chacun réussi à lire un quart de livre pas bien gros, la faute aussi au fait qu'on ne s'est pas vraiment déconnectés
  • en remerciant la fatigue et le petit excès d'espoir d'avoir des vacances sans troubles, un chouïa trop de petites disputes entre les deux grands - et à un moment, le petit a commencé à se faire valoir aussi - et une vraie difficulté à les gérer (la faute à l'excès d'espoir d'idylle, j'en suis certaine)
  • dans la même lignée, je me suis trop souvent entendue dire, sur un ton pas toujours ok-ok, "s'il vous plaît, les papas et les mamans aussi ont besoin de vacances/de repos" (c'est vraiment le sous-entendu désespéré que j'ai pu y mettre qui me gène, parce que sans cela, la phrase est rigoureusement correcte ;-))
  • un sentiment de déception, de ne pas en avoir fait assez ou de ne pas avoir fait assez bien

à retenir donc:

  • les vacances ça ne signifie pas "on va avoir une vie de famille parfaite", ça veut juste dire qu'on change de rythme et qu'on peut s'écouter au maximum, même quand ça se chamaille
  • prévoir un peu plus de temps pour que nous, adultes/parents, puissions vraiment souffler
  • faire une vraie "digital detox"
  • accepter l'imperfection ;-)

charline desmecht

Les livres auxquels j'ai beaucoup pensé pendant les vacances:


Et le superbe roman que j'ai, enfin, réussi à finir: Americanah, de Chimamanda Ngozi Adichie





looking for something else?

ask your questions

contact