Kappacity home
frnlen

stories

my heart is in kappaCity and I want to touch yours



share this story

un samedi pas comme les autres


passer la matinée à coacher deux femmes exceptionnelles. Partir ensuite prendre un café pour parler de deux trois aspects d'une mission de consultance. Revenir avec la tête toute embrouillée parce qu'on a évoqué une piste très différente pour ma carrière. Une piste que j'ai été incapable d'écarter d'office. Une piste qui m'a fait douter puis espérer, rêver puis revenir sur terre. Une piste qui m'a donné l'impression de devoir repenser toute l'architecture de ma carrière et qui m'a donc fait un peu peur. Je suis arrivée, en moins de 24 h, à digérer le choc et je vous partage mon processus.

en sortant du kaffabar, je suis restée plongée dans le reste de nos activités, avec le coeur oscillant entre oppression et libération. Mille idées fusaient, j'en ai attrapé quelques une au passage mais sans parvenir à faire le tri. Alors j'ai ouvert grand mon entonnoir, et j'ai essayé d'accepter tout ce qui me venait. C'était le chaos mais la journée était suffisamment remplie de belles rencontres pour suivre son cours avec sérénité. Après tout ça, j'ai fini par aller me coucher.

à 4 heures du matin, réveillée en sursaut, j'ai compris que je pourrais concilier différemment les choses. J'ai senti que ce qui me collait le plus au coeur depuis hier midi, c'était une envie d'une certaine paix, uniformité, clarté. Quelque chose que je n'ai pas encore trouvé dans la façon dont j'essaye de mener aujourd'hui tout ce que kappaCity signifie pour moi. J'adore ce que je fais mais le faire signifie que je dois me battre. Pour chaque client, pour chaque idée, pour chaque rendez-vous, pour chaque euro, pour chaque moment de bonheur. En me battant comme une lionne, je reçois tellement en retour. La reconnaissance de mes clients est mon plus beau merci, les feedbacks de mon entourage sont une source d'énergie et l'intelligence émotionnelle toujours plus grande de mes enfants rempli mon réservoir de carburant. La fatigue morale et mentale est le prix à payer.

je fais une vérification de ce que j'écrivais lors du lancement de mon site web l'année dernière, et je constate que ma vision, ma mission et mon ambition n'ont pas changé :

| kappaVision | inviter les gens à vivre à kappaCity, une communauté qui croit que tout le monde a la capacité de faire la différence et de poser les actes que cela requiert

| kappaMission | augmenter l'accès à l'intelligence émotionnelle, relationnelle et sensorielle, en encourager l'usage et l'amélioration

| kappaAmbition | être fière de moi, me respecter et m'accepter parce que je sais que je peux faire de mon mieux pour faire la différence

tout ceci résonne toujours et sonne encore tellement juste. C'est encore celle que je suis, que je veux être et que je serai toujours. C'est mon identité professionnelle et une grande partie de mon identité personnelle. Je n'ai pas besoin d'y toucher, quelque soit le choix que je ferai.

le niveau où je sens que ça ne colle peut-être plus entièrement, où il manque quelque chose pour que ma respiration se libère, c'est celui des rôles:

| kappaRoles | coach, maman, prof, oreille, modèle, chocolat noir

je sens que, d'une façon ou d'une autre, le moment est venu d'y ajouter celui qui se cache déjà un peu derrière le mot "modèle", pour le remplacer par "leader". Avec une autre façon d'avoir de l'impact. En augmentant l'attention que je porte à moi-même, parce que si je m'épuise trop, de toutes façons, la pyramide s'écroulera.

le soulagement se produit quand je sens que je ne dois pour cela pas vraiment changer de job - à condition de refaire le point sur certaines choses - , mais que je pourrais e faire. Je ne dois en tout cas pas renoncer à vivre à kappaCity et le promouvoir, et ça, c'est le principal. Je me sens libre de faire un choix, qui sera d'office bon pour moi. Reste à enquêter encore un peu pour bien comprendre l'enjeu de la nouvelle piste. Mon nettoyage émotionnel étant fait, ma boussole étant recalibrée, je peux passer à la phase intellectuelle de ma réflexion. Tout un programme, aussi.

charline desmecht


looking for something else?

ask your questions

contact